Mélanie et Philippe mariés le 23 mai 2009,

Témoignage de Mélanie.

"Essayant de réduire mon impact sur la nature dans ma vie de tous les jours, il me paraissait naturel de faire la même chose pour mon mariage. La démarche écolo vient plutôt de moi, mais Philippe n'y est pas insensible, je ne pouvais pas me marier dans un autre esprit. La plupart des invités ont été ravis, ceux qui me connaissent n'ont pas été surpris, peut-être un peu moqueurs pour certains qui pensent que c'est le "truc" des écolos baba mais globalement, j'ai eu de très bons retours.

Nous avons fait un mailing pour les faire-part, pour ceux qui n'avaient pas internet, ils ont été créés par Pastilles et Petits Pois, nous avons fait un site internet pour rassembler les informations utiles pour nos invités et réalisé les menus en papier recyclé.
Nous avons pris contact avec Caroline de la marque Aranel qui s'est lancée dans la création de robe et costumes sur mesure composés de tissus bio ou éthiques. Nous avons eu de très bons rapports avec elle. J'avais fait plusieurs dessins et après elle a mixé le tout en une robe. Pour le tissu, j’ai choisi la soie : je voulais quelque chose de naturel et un peu japonisant.
Les alliances, on les a commandées via Simply Woodrings. Pour le coup ce n'était pas très écolo puisque ça vient des Etats-Unis. Elles sont en bois, j'aime cette matière et Philippe a été séduit par l'idée.
Ma soeur s’est occupée de ma coiffure, j’étais maquillée très naturelle et j'ai demandé à l'esthéticienne d'utiliser des produits "Couleur Caramel".
Le lieu était situé à 6 km de chez nous. Il y avait une trentaine de chambres sur place et pas mal de possibilités de gîtes ou de chambres d'hôtes aux alentours. Nous nous y sommes rendus en voiture. En vélo avec la robe cela aurait été un peu dur. On nous avait proposé une carriole mais c'est quand même long et puis je ne voulais pas rallonger la facture.
Nous avions 150 invités. Une wed planner m'a aidée à organiser. A chaque fois qu'elle proposait quelque chose qui produisait trop de déchets ou qui était superflu, je lui faisais comprendre que je n'étais pas une princesse et que je voulais juste que mon mariage me ressemble un peu. Elle s'est occupée du traiteur et de l'après repas, le tri a été fait et les poubelles apportées à la déchetterie.
On voulait un repas mixte : français du terroir et japonais. La partie japonaise a été faite par un restaurant japonais et la partie française traditionnelle par un traiteur, qui a utilisé des produits du terroir pas bio, mais de petits producteurs du coin. Le champagne venait d'un petit producteur et le cidre de chez mon oncle.
Pour la vaisselle ça n’a pas été facile. Pour une partie du repas, nous avons utilisé de la vaisselle compostable en bananier et pour une autre on a choisi de la louer parce que les couverts en canne à sucre faisaient un peu « pique nique » et ceux en bois étaient trop petits et pas assez coupants pour la viande.
Pour la liste de mariage nous avons choisi de ne pas en faire. Nous souhaitons faire un voyage de noce au Japon. Il y avait donc une urne dédiée à recevoir les dons pour nous permettre de faire ce voyage."